Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - davihoff

Pages: 1 ... 3456789 ... 51
76
Sur son blog officiel, l'équipe d'Outlook annonce quelques nouveautés en cours de déploiement sur Outlook.com permettant d'optimiser la gestion des messages.

Selon Microsoft, l'utilisateur moyen d'Outlook.com recevra cette année plus de 10 000 emails dont 80% seront des lettres d'informations, des offres ou des mises à jour communautaires qui viendront s'empiler dans la boite de réception. Outlook.com se caractérise par la fonctionnalité Sweep, laquelle serait utilisée 7,5 millions de fois par semaine. Celle-ci permet de trier certains emails puis d'automatiser cette règle à l'avenir. Microsoft explique que l'interface de Sweep sera simplifiée.

En plus des dossiers, Outlook.com propose des catégories, c'est-à-dire l"équivalent des libellés de Gmail. Après avoir sélectionné quelques messages, l'internaute sera en mesure d'établir une nouvelle règle afin de placer tous les prochains emails de cet expéditeur dans une catégorie spécifique.

Microsoft ajoute avoir mis à jour le moteur de recherche. Les résultats englobent l'ensemble des messages qu'ils se trouvent dans un dossier ou/et une catégorie. En partant du principe que la plupart des recherches portent sur un contact spécifique, Microsoft retournera l'ensemble des messages de ce dernier, qu'elle que soit l'adresse email utilisée. A l'instar de Yahoo! Mail il sera en outre possible d'appliquer des filtres à la volée, par exemple pour restreindre les résultats aux emails contenant des pièces jointes.

Enfin, Microsoft explique que les actions rapides réalisées en survolant un email pourront être personnalisées et il sera possible de naviguer dans la boite de réception via le clavier avec de nouveaux raccourcis.

77
Une nouvelle rumeur fait état de l'arrivée d'une alternative à la plateforme de lecture Flipboard, qui serait développée et proposée par Facebook. Ce nouveau service pourrait être proposé dès le mois de janvier.

Les vidéos violentes sur Facebook décriées
L'application Flipboard a su se forger une réputation et une base d'utilisateurs fidèles, en optant pour un affichage de type « journal numérique » pour du contenu de médias récupérés par les réseaux sociaux et les flux RSS. Une proposition que Facebook souhaite vraisemblablement décliner à sa manière depuis un bon moment, et il se pourrait que l'arrivée d'un nouveau service soit imminent.

 Selon le site Re/Code, le réseau social s'apprête à lancer sa propre application de type Reader. Elle se nommerait pour l'heure Paper - et non plus Reader comme évoqué l'été dernier - et pourrait être proposée soit sous la forme d'une application mobile autonome, soit dans une version Web mobile adaptée aux smartphones et tablettes, selon une source proche de Facebook.

 Le service devrait combiner l'agrégation de contenus glanés sur des sites de médias sélectionnés par l'utilisateur aux publications sociales de Facebook – statuts, liens partagés – le tout avec une mise en page « proche du papier ». Décrite ainsi, l'expérience est clairement proche de celle que propose Flipboard, par ailleurs ouvert à plus de réseaux sociaux – Twitter en tête.

 Derrière le projet de Facebook se trouverait une partie de l'équipe en charge du flux d'actu du réseau social. Il serait mené par Chris Cox, le vice-président de Facebook chargé des produits, et serait en développement depuis plusieurs années. On peut donc s'attendre à un produit très connecté au réseau social, ce qui pourrait motiver les utilisateurs de ce dernier à l'ajouter à leurs habitudes. En attendant une éventuelle annonce d'ici à la fin du mois, Facebook a refusé de commenter « les rumeurs et les spéculations ».

78
La version Web de Twitter passe au blanc, de façon à se rapprocher des interfaces proposées sur ses clients officiels iOS ou Android. Ce nouveau design sera progressivement déployé dans les jours à venir.

 Twitter a annoncé lundi soir la mise en place d'un nouveau design au sein de son interface Web. Objectif clairement affiché par le réseau social : « refléter le look and feel des applications iOS et Android ». Sur le plan fonctionnel, le changement n'est pas radical. On conserve le champ, situé en colonne de gauche, permettant de poster directement un message, l'option permettant d'ouvrir une fenêtre de composition restant disponible. Au niveau cosmétique, la barre de menus abandonne le noir au profit du blanc, reprenant donc les codes en vigueur sur mobile depuis déjà plusieurs mois. Certains connaissent déjà ce design, testé ces dernières semaines sur une fraction de la base utilisateurs. Il sera progressivement déployé sur l'ensemble des comptes Twitter dans les jours et semaines à venir.

79
Facebook est de nouveau en justice et cette fois le géant communautaire est accusé d'avoir manipulé les boutons "j'aime" pour générer de la publicité.

La semaine dernière, Facebook annonçait vouloir mettre fin aux mises à jour sponsorisées publiées sur son site. Pour mémoire, celles-ci visaient à exploiter les activités du bouton "J'aime" d'un internaute afin de les transformer en publicités auprès de ses contacts, notamment lorsqu'il s'agissait de mettre en avant la page d'une société partenaire.

 Avant la clôture de ce mécanisme, Facebook devra cependant faire face à une nouvelle plainte ou plutôt un recours collectif déposé par plusieurs avocats pour un utilisateur de Facebook nommé Anthony Ditirro et résidant dans l'état du Colorado. Ce dernier explique qu'au mois de novembre, Facebook aurait faussement indiqué qu'il aurait « aimé » la page officielle du quotidien USA Today, une activité qui se serait par la suite traduit en publicité et présentée à l'un de ses amis.

« Bien que le plaignant n'a rien contre le journal USA Today, il n'est toutefois pas un lecteur du quotidien et ne l'a pas promu », est-il ainsi expliqué dans cette plainte rapportée par nos confrères américains de Cnet US. Le document précise que M.Ditirro n'a aucunement visité la page de Facebook en question et ne s'est pas rendu sur le site officiel de USA Today.

 Le plaignant explique que Facebook a violé plusieurs lois en vigueur en Californie et estime que chaque membre de ce recours collectif devrait recevoir 750 dollars de dommages et intérêts. De son côté le géant communautaire affirme que cette plainte est invalide.

 En début de mois, Facebook avait été accusé de scanner les messages privés des internautes afin de leur retourner de la publicité davantage ciblée.


80
Google annonce un changement au sein de son gestionnaire de contacts de Google+ afin de rapprocher ce dernier un peu plus de Gmail.

 En décembre 2011, Google expliquait que les contacts du carnet d'adresses de Gmail étaient automatiquement mis à jour en récupérant les informations de ces derniers au sein de leurs profils sur Google+. Désormais, Google propose d'envoyer un email à l'un de ses contacts sur Google+ via la fonctionnalité de remplissage automatique de la fenêtre de composition.

Par défaut, l'option est activée. Cela signifie donc que les contacts de Google+ sont, à peu de choses près, placés au même niveau que ceux du carnet d'adresses de Gmail. Au sein de l'onglet Général des paramètres de Gmail, il est toutefois possible de restreindre la fonctionnalité aux Cercles étendus, aux Cercles ou de la désactiver complètement.

Google précise toutefois que l'adresse email d'un internaute ne sera pas visible à l'un de ses contacts sur Google+ avant qu'il ne lui ait envoyé un mail et vice-versa. Reste que par défaut, l'internaute est donc en mesure d'être contacté par n'importe quel utilisateur de Google+ l'ayant ajouté à ses cercles sans réciprocité. Les email des inconnus seront filtrés dans la catégorie Réseaux sociaux avec l'option de bloquer de futurs messages ou d'ajouter la personne à l'un de ces cercles. Les emails provenant d'une personne de ses cercles seront quant à eux placés dans la boite de réception.

81
Les actualités sponsorisées ou « sponsored stories » de Facebook seront bientôt de l'histoire ancienne : le réseau social vient d'annoncer que ce format de publicité controversé allait disparaître de sa plateforme.


Les vidéos violentes sur Facebook décriées
Lancées en 2011, les actualités sponsorisées permettaient à Facebook de transformer le « J'aime » d'un utilisateur en publicité : en indiquant aux amis de l'internaute que ce dernier aime telle ou telle page, le réseau social cherchait à réaliser des connexions par affinité, tout en monnayant le processus auprès du propriétaire de la page. Une démarche également réalisée avec les check-in de Facebook Places, mais qui va disparaître totalement à partir du 9 avril.

 C'est dans un billet de blog à destination de ses annonceurs que le réseau social explique sa démarche, visant à réduire son offre de formats publicitaires au cours de l'année à venir. Si les actualités sponsorisés ont donné aux publicités une nouvelle dimension sociale sur Facebook, elles n'ont jamais fait l'unanimité auprès de la communauté, entraînant même des actions en justice : la plateforme a notamment dû payer 20 millions de dollars en 2013, pour dédommager 615 000 membres américains ayant pris part à une action collective liée à ce format publicitaire.

 La disparition de ce format n'est cependant pas synonyme de baisse de publicité sur Facebook : elles devraient toujours être aussi présentes en 2014, avec notamment l'arrivée concrète de la publicité en vidéo. 


82
Quelques mois après le lancement de son nouveau système d'exploitation, Windows 8, Microsoft poursuit le renouvellement de son offre logicielle et propose une nouvelle mouture de sa suite bureautique à succès à destination de nos PC. Succédant à Office 2010, Office 2013 a pour mission première de concrétiser une promesse phare de l'éditeur : le passage au cloud !

Et si Office 2010 s'intégrait déjà dans une certaine mesure aux services dans le nuage de l'éditeur, la firme de Redmond est beaucoup plus ambitieuse avec la mouture 2013 allant jusqu'à revoir son modèle de distribution et sa tarification via le système d'abonnement Office 365.

Au-delà du cloud, Office 2013 apporte un certain nombre de nouveautés non négligeables à commencer par un client mail totalement revu (encore !), il s'agit de l'inénarrable Outlook, ou une interface utilisateur épurée et allégée qui n'est pas sans rappeler certains aspects de Modern UI. Naturellement, les divers logiciels composant la suite poursuivent leur évolution fonctionnelle.

Avec Office 2013, Microsoft inaugure parallèlement aux versions boîte un modèle de distribution déjà esquissé avec Office 365 mais dorénavant totalement assumé et intégré dans la conception même de la suite, un changement loin d'être anodin.

Alors que la suite bureautique de l'éditeur représente une part non négligeable de son chiffre d'affaires, son modèle économique est de plus en plus attaqué par les logiciels libres d'une part, mais également par les services en ligne d'une certaine firme de Mountain View... j'ai nommé Google sans oublier ce qui se passe sur le front de la mobilité où Office est pour le moment absent des environnements Android et iOS. Il était donc temps pour Redmond de réagir.

Jusqu'à présent, la licence Office se destinait à une machine donnée, en clair un PC : c'est le modèle de la licence perpétuelle. On ne pouvait donc installer sa licence Office 2010 que sur un ordinateur à la fois (exception des licences familiales notamment). Avec Office 2013 il est possible d'acheter le logiciel sous forme d'abonnement annuel dans le cadre d'Office 365. La licence d'utilisation concerne alors l'utilisateur et non plus la machine. Utilisateur qui a finalement le droit d'installer la suite bureautique sur plusieurs ordinateurs (5 au maximum) qu'il s'agisse de Mac ou de PC. La gestion de ces droits d'installation passe par une interface Web qui permet de contrôler les PC sur lesquels Office a été installé et de transférer au besoin les licences. Il est donc possible de désactiver une licence (enfin !).

Outre la possibilité de déployer la suite sur plusieurs machines avec un seul abonnement, Office en tant que service a le mérite d'être toujours à jour. Durant la période de validité de votre abonnement, si une nouvelle version majeure d'Office voit le jour, vous en disposez automatiquement et sans surcoût. En revanche, au terme de l'abonnement, si vous ne le renouvelez pas, les applications installées sur vos machines passent en mode « read-only ». Il vous sera toujours possible de consulter des documents et de les imprimer, mais pas de les éditer ou les créer.



 Avec ce nouvel Office, il convient de distinguer Office 2013, la version boîte de la suite avec sa licence perpétuelle, de l'abonnement Office 365.

Office 365 Famille Premium : Cet abonnement annuel comprend les composants OneNote, Outlook, Word, Excel, PowerPoint, Publisher et Access pouvant être installés sur 5 PC ou Mac d'un même foyer. Microsoft propose en prime 20 Go d'espace de stockage SkyDrive supplémentaire (par défaut un compte SkyDrive gratuit est limité à 7 Go) et 60 minutes de conversation gratuite sur Skype. Problème : avec notre abonnement de test, la taille de notre espace SkyDrive n'a pas bougé d'un pouce après l'activation de notre souscription Office 365.

Office 365 Université : Il s'agit ici d'une offre similaire en tout point à l'abonnement Famille Premium, à un tarif bradé, sauf que les installations sont limitées à 2 PC ou Mac pour une durée de validité de 4 ans.

Office 365 ProPlus : On retrouve ici Word, PowerPoint, Excel, Outlook, OneNote, Access, Publisher, Infopath et Lync. Chaque utilisateur peut installer Office sur un maximum de 5 PC et Mac.

Office 365 Petite Entreprise Premium : On bénéficie ici des applications ProPlus avec l'accès à la messagerie professionnelle, aux documents partagés et à la visioconférence dans une offre hébergée par Microsoft.

Office 365 Entreprise : En plus des applications de ProPlus, Microsoft ajoute Exchange Online, pour la messagerie électronique, et SharePoint Online pour le partage et la gestion de documents.

83
Un chômeur postule pour un poste d’homme de ménage chez Microsoft.

Le DRH lui fait passer un entretien, puis un test (balayer le sol), et lui dit:
- Vous êtes engagé; donnez-moi votre e-mail et je vous enverrai le formulaire à remplir, ainsi que la date et l’heure auxquelles vous devrez vous présenter pour commencer votre travail.

L’homme, désespéré, répond qu’il ne possède pas d’ordinateur, et encore moins d’e-mail. Le DRH lui dit alors qu’il est désolé, mais que s’il n’a pas d’e-mail, cela signifie que virtuellement il n’existe pas, et, comme il n’existe pas, il ne peut avoir le job.

L’homme sort, sans savoir que faire. Il a seulement 10 dollars en poche. Alors il décide d’aller au supermarché et achète une caisse de 5 kilos de tomates. Il fait donc du porte à porte pour vendre ses tomates au kilo, et, en moins de deux heures, réussit à doubler son capital. Il répète l’opération encore trois fois et revient chez lui avec 60 dollars.

Alors, il réalise qu’il peut survivre de cette manière, il part de chez lui tous les jours plus tôt et revient chez lui plus tard, et ainsi triple ou quadruple son argent chaque jour.

Peu de temps après, il achète une charrette, puis l’échange pour un camion et peu de temps après se retrouve avec une petite flotte de véhicules de livraison.

Passent 5 ans, l’homme est propriétaire d’un des plus grands distributeurs alimentaire des États Unis.

Il pense alors au futur de sa famille, et décide de prendre une assurance vie. Il appelle un assureur, choisit un plan d’assurance et quand la conversation se termine, l’assureur lui demande son e-mail pour lui envoyer la proposition.

L’homme dit alors qu’il n’a pas d’e-mail.

- Curieux, lui dit l’assureur, vous n’avez pas d’e-mail et vous êtes arrivé à construire cet empire, imaginez ce que vous seriez si vous aviez un e-mail !!!

L’homme réfléchit et répond:
- Je serais homme de ménage chez Microsoft.

84
Discussions générales / Poèmes, proverbes et citations
« le: janvier 08, 2014, 06:34:20 pm »
Antoine de Saint-Exupéry - Si tu veux comprendre le mot bonheur, il faut l’entendre comme récompense et non comme but.

85
Aux Etats-Unis, une action collective vient d'être initiée à l'encontre de Facebook. Les plaignants estiment que le réseau social est en mesure de lire les messages privés de ses utilisateurs et de s'en servir notamment pour mieux délivrer des publicités ciblées.

Facebook est à nouveau mêlé à une action en justice au sujet de sa politique en matière de confidentialité. La cour fédérale de Californie a ainsi reçu une plainte en nom collectif visant le réseau social concernant l'usage qui serait fait des messages privés envoyés entre utilisateurs du service.

 Les plaignants considèrent en effet que Facebook intercepte de manière « systématique » les messages privés contrairement à ce qu'il affirme dans ses conditions d'utilisation. Précisément, lorsqu'un internaute envoie un message contenant une URL d'un service tiers, cette dernière est scannée. Cependant, l'ensemble du contenu serait également regardé par le réseau social, estime la plainte.

 Une fois ce document scanné, Facebook suivrait le lien afin de mieux connaître la navigation de l'émetteur du message. Cette fonction permettrait alors au service de « lui permettre de rassembler des données sur les utilisateurs et d'en tirer profit en partageant ses résultats avec des parties tierces comme des sociétés chargées de la publicité, du marketing et d'autres agrégateurs de données », considèrent les plaignants Matthew Campbell et Michael Hurley.

 Considérant que cette manne d'informations pourrait se revendre très chère puisque les utilisateurs pensent discuter de manière privée, les auteurs de l'action collective demandent la somme de 100 dollars pour chaque jour de violation avérée de la vie privée ou 10 000 dollars à chaque utilisateur affirmant être également affecté par cette pratique prêtée à Facebook.

 De son côté, le réseau social a rejeté ces attaques auprès de Bloomberg. Un porte-parole du service a ainsi précisé que ces prétentions étaient « sans fondements ». Il précise également que Facebook se défendra en justice face à toute attaque de ce type.

86
On a bien fait de rafraîchir les couleurs du site alors !  ;) Merci pour vos réactions positives les amis. Les modos et le Doc apprécient vos commentaires surtout s'ils sont positifs... ;D

Moi aussi je poste personnellement pour vous dire joyeux Noël à tous et une belle et bonne année nouvelle pleine de chance, d'argent, de bonheur et de santé.



Uploaded with ImageShack.us

87
Facebook a annoncé que son PDG et fondateur Mark Zuckerberg allait vendre 41 millions d’actions pour une valeur totale de 2,3 milliards de dollars, dont 18 millions qu'il redistribuera à des organisations de charité. Quasiment au plus haut historique, le titre Facebook a perdu 0,94% jeudi à la Bourse de New York.

C’est Noël avant l’heure pour Mark Zuckerberg. Le dirigeant et fondateur de Facebook va vendre 41,35 millions d’actions du réseau social, valorisées 2,3 milliards de dollars (1,68 milliard d’euros). A l’issue de l’opération, la participation du jeune milliardaire sera réduite de 1,6%, à 74,5% tandis que ses droits de vote passeront de 58,8 à 56,1%, selon un communiqué de la société californienne. La star de la Silicon Valley a aussitôt déclaré qu'il allait donner 18 millions d'actions Facebook à des organisations caritatives via sa fondation, soit un don proche de 1 milliard de dollars.

Le titre du premier réseau social au monde a reculé de 0,94% jeudi à Wall Street, à 55,05 dollars. Après une introduction en Bourse catastrophique , l’action s’est fortement reprise depuis que le réseau social s’est concentré sur la monétisation de son milliard de membres , notamment à travers les messages sponsorisés et bientôt la publicité vidéo. Des initiatives saluées par les investisseurs et qui ont porté le titre Facebook bien au-dessus de son prix d’introduction (38 dollars par action, le 18 mai 2012), progressant de 130% en seulement 6 mois. Au plus grand bonheur de son premier actionnaire, Mark Zuckerberg, qui est aussi devenu cette année le patron américain le mieux payé.

88
L'information pourrait choquer certains utilisateurs de Facebook pour qui la vie privée est sacrée. Selon une étude, il semble que le réseau social enregistre les messages que vous écrivez puis effacez sans les publier.
Plus la peine d'effacer, trop tard

Si vous êtes adepte de Facebook, vous vous êtes sûrement déjà rétracté pour une raison ou une autre, puis avez supprimé un message que vous étiez sur le point de publier.

Et bien, il semble que ce soit trop tard pour se raviser. Ce que vous étiez sur le point de publier est déjà intercepté et enregistré par Facebook.
Atteinte à la vie privée

Bien évidemment, le réseau social, ne fait pas mention de cette pratique dans ses conditions d'utilisation.

Le site Slate.fr qui a relayé l'information, explique que Facebook s'intéresse à ses informations afin de mieux comprendre les messages censurés pour mieux les réduire.

Cette information loin d'arranger son image pourrait faire du tort à Facebook en ces temps où les internautes se soucient davantage de leur vie privée, après la révélation sur l'espionnage de la NSA.


89
Discussions générales / C'est quand votre anniversaire?
« le: décembre 19, 2013, 09:26:29 pm »
Toute l'équipe de Doc-computers.com se joint à moi Davihoff  :b et merci pour ton travail sur le forum. hl

Merci à toute l'équipe et surtout à toi le Doc pour y avoir pensé ! C'est cool ! 8.8
C'est un vrai plaisir d'être modérateur global sur Doc-computers, c'est moi qui te remercie de me faire confiance l'admin ! :cl


90
Discussions générales / "Joyeuse Saint-Nicolas 2013 à tous" !
« le: novembre 29, 2013, 03:28:49 pm »
Et oui plus qu'une semaine et soit le Père Fouettard soit Saint Nicolas selon que l'on a été sage ou pas vous donnera ce que vous méritez...
Joyeuse Saint Nicolas à tous !




Uploaded with ImageShack.us

Pages: 1 ... 3456789 ... 51