Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - davihoff

Pages: 12345678 ... 51
61
Peu populaire, le service mail de Facebook, qui proposait aux utilisateurs une adresse en @facebook.com, va très prochainement disparaître de la plateforme sociale. Pour de nombreux utilisateurs, cette nouvelle ne changera pas grand-chose, mais elle ouvre cependant la porte à des possibilités qui ne sont pas les bienvenues.

C'est en 2010 que Facebook a commencé à déployer son service de messagerie de type webmail, permettant à ses utilisateurs de disposer d'une adresse en @facebook.com pour recevoir des messages privés sur le réseau social, par le biais de Facebook Messages. Une possibilité qui n'a pas fait l'unanimité auprès de la communauté, notamment en raison de problèmes engendrés au sein des téléphones mobiles qui se synchronisent avec les contacts Facebook, supprimant les « vraies » adresses emails et créant des bugs. Bien souvent, les utilisateurs ont donc pris l'initiative de supprimer leur adresse en @facebook.com de leur compte, pour éviter tout problème.

Une situation qui n'a pas aidé Facebook Messages à devenir populaire, et c'est sans doute pour cette raison que le réseau social a décidé d'abandonner cette initiative. Les utilisateurs du service commencent à recevoir des mails leur expliquant l'arrêt de cette fonctionnalité dans les prochaines semaines. Les messages envoyés à une adresse @facebook.com seront redirigés non plus vers la messagerie interne de Facebook, mais vers la boîte mail principale de l'utilisateur.

Mais cette redirection peut potentiellement poser un souci de confidentialité : en effet, toutes les adresses en @facebook.com correspondent au même schéma, et désignent leurs propriétaires selon le nom choisi en guise d'URL menant vers le profil. Ainsi, si l'adresse de votre profil est www.facebook.com/prenom.nom, alors votre adresse facebook sera prenom.nom@facebook.com. Il suffit qu'une personne ait connaissance de cette information pour vous envoyer un courriel sur l'adresse email liée à votre compte.

Facebook se veut cependant rassurant : « Nous limitons le nombre de messages qu'une personne peut recevoir dans leur boîte de réception de la part de gens avec lesquels elle n'est pas liée » a expliqué un porte-parole au site Mashable. Des mesures pour filtrer le spam ont également été prises.

Le réseau social ajoute qu'il sera tout simplement possible de désactiver totalement la redirection des mails vers une messagerie externe lorsque la transition s'effectuera dans « quelques semaines ». Il faudra alors se rendre sur la page « A Propos » du compte Facebook et modifier la partie coordonnées - à noter qu'il est déjà possible de faire disparaître l'adresse @facebook.com du profil.

62
Discussions générales / Poèmes, proverbes et citations
« le: février 26, 2014, 12:25:29 pm »
Guy Bedos - Contre le camp de la majorité silencieuse, j'ai choisi la minorité bavarde.

63
Gmail va prochainement se doter d'un nouvel outil permettant de se désabonner d'une newsletter sans avoir à chercher le lien parfois dissimulé dans les mails. Testée depuis longtemps, cette fonctionnalité s'ouvre au plus grand nombre.

D'ici à la fin du mois de février, les utilisateurs de Gmail verront apparaître une mention « désabonnement » en tête des emails envoyés par les commerçants et autres newsletters. L'objectif est de permettre aux internautes de se désinscrire facilement de ces abonnements qui ne les intéressent pas forcément, et qui n'ont souvent rien à gagner à faciliter la tâche de leurs destinataires lorsqu'il s'agit d'annuler leurs réceptions.

 Cette fonctionnalité existe déjà dans Gmail, mais Google ne la proposait jusque-là qu'à un petit nombre d'utilisateurs qui la testaient depuis 2009 dans une version un peu différente. Jeudi 20 février, l'entreprise a profité de sa présence à la conférence Messaging Malware Mobile pour annoncer son déploiement pour l'ensemble des adeptes de sa plateforme de messagerie.

« L'une des plus grandes difficultés du filtre anti-spam de Google est d'identifier le courrier indésirable ou le spam doux » a explique Vijay Eranti, en charge de la question chez Google. Pour lui, faciliter la désinscription des internautes aux newsletters devrait permettre de désengorger la catégorie spam de Gmail : de nombreux utilisateurs, éprouvant des difficultés à trouver le bon lien pour se désinscrire d'un tel service, se contenteraient de classer les messages comme étant des spams pour ne plus les voir apparaître dans leur boite principale. Une telle démarche envoie une alerte à Google qui peut considérer l'expéditeur comme un spammeur si suffisamment d'utilisateurs le signalent ainsi. Une situation qui peut s'avérer problématique dans certaines situations.

 La représentation de cette fonction n'a pas encore été dévoilée, mais elle prendra la même forme que d'autres boutons d'action déjà disponibles dans Gmail, comme ceux qui permettent de suivre l'expédition d'un colis ou de voir une vidéo sans avoir à ouvrir le mail concerné.

64
Software / Microsoft donne le coup d'envoi pour Office Online
« le: février 21, 2014, 02:20:09 pm »
Après avoir renommé son service de stockage en ligne, Microsoft annonce aujourd'hui une nouvelle dénomination pour sa suite bureautique en ligne. Office Web Apps devient ainsi Office Online.

 Les outils bureautiques en ligne de Microsoft sont désormais accessibles depuis l'url Office.com, un point d'accés global pour Word Online, Excel Online, PowerPoint Online ainsi que OneNote Online. L'internaute sera également en mesure de retrouver des raccourcis vers les services d'Outlook.com ou Office 365.

 C'est en 2009 que Microsoft présentait sa stratégie Software + Services, une initiative visant à mieux se positionner face à la concurrence de Google Documents. La firme de Mountain View prend quant à elle le chemin inverse et a racheté le logiciel QuickOffice.

 Sur son blog officiel, l'équipe d'Office annonce également avoir ajouté plusieurs nouveaux thèmes permettant aux utilisateurs d'avoir une base de travail. Au cours des douze derniers mois, le gros projet de développement reste toutefois la collaboration en temps réel qui fut déployée au mois de novembre.

65
Software / Windows 8 se vend officiellement moins bien que Windows 7
« le: février 16, 2014, 05:11:55 pm »
Windows 8 est souvent considéré comme un échec commercial. Le problème est que jusqu’à présent, Microsoft n’avait pas fourni de chiffres précis qui permettaient vraiment de comparer le niveau des ventes à celui de son prédécesseur, Windows 7. On sait désormais qu’en quinze mois de disponibilité, il s’est écoulé 200 millions de licences.

200 millions de licences écoulées en quinze mois

Jusqu’ici, le seul nombre concernant les ventes de licences de Windows 8 datait de mai 2013. Le nouveau système venait alors de dépasser la barre des 100 millions de copies écoulées, tous canaux confondus. On parlait donc bien des ventes réunissant les machines neuves (OEM), les mises à jour ainsi que les achats de licences normales. Le produit avait bénéfice d’une importante campagne de promotion permettant notamment de récupérer la licence mise à jour pour à peine 29,99 euros.

À ce moment-là, beaucoup se demandaient si le chiffre des 100 millions n’était justement pas dû en grande majorité à cette promotion. Le fait est qu’au bout de quinze mois de commercialisation, le nombre total de licences vendues s’élève à 200 millions. On peut donc constater un ralentissement d’autant plus remarqué qu’il se manifeste durant une phase où, en théorie, un nouveau Windows prend son « envol » : bouche à oreille, arrivée en masse de nouvelles configurations et ainsi de suite.

Windows 8 se vend moins bien que son prédécesseur

Si l’on compare la situation à Windows 7, les scores étaient équivalents en mai dernier : 100 millions de licences vendues en un peu plus de sept mois. Seulement voilà, Windows 8 a réalisé 200 millions de licences en quinze mois là où Windows 7 s’est vendu à 240 millions d’exemplaires en douze mois. Windows 8 se vend donc moins bien que son prédécesseur depuis au moins les neuf derniers mois. Une information inscrite en filigrane dans l’annonce du chiffre, faite par la responsable financière et marketing de Microsoft, Tami Reller, durant une conférence organisée par Goldman Sachs.

Le fait est que l’analyse du score réalisé par Windows 8 est rendu complexe par le croisement d’un certain nombre de facteurs, le plus important étant clairement le fléchissement très prononcé du marché du PC dans sa globalité. Windows 8 n’a beau pas avoir une excellente réputation, ses ventes dépendent directement des achats réalisés sur les machines neuves car plus de 90 % des ventes de licences se font par ce biais.

Il ne s'agit pas de ventes aux clients finaux

Il faut également apporter plusieurs précisions importantes. D’une part, tous les chiffres donnés par Microsoft sur les ventes de licences ne sont justement pas des « ventes » au client final, mais aux entreprises qui vont ensuite les écouler. De fait, qu’il s’agisse de Windows 7 ou 8, il existe un écart entre les licences vendues par Microsoft aux OEM (tels que Dell, HP, Lenovo, Sony et ainsi de suite) et celles qui arrivent réellement chez les clients. D’autre part, les chiffres ne tiennent jamais compte du droit du « downgrade » qui permet d’utiliser la licence pour remettre en place la version précédente, une pratique courante en entreprise.

Cela étant, les ventes pourraient continuer à grimper, et ce sur un rythme plus élevé. La fin de vie de Windows XP dans moins de deux mois a en effet déclenché un compte à rebours : de nombreuses entreprises et des proportions parfois énormes de certaines populations (notamment en Chine) doivent renouveler leur parc de machines rapidement. Au risque de voir arriver des malwares pour exploiter des failles qui ne seront dans tous les cas plus corrigées

66
Discussions générales / Bonne Saint-Valentin à toutes et à tous !
« le: février 15, 2014, 10:47:14 am »
Passez tous un super romantique week-end de Saint Valentin avec votre dulcinée bien aimée comme moi, ça c'est un chouette cadeau ! 


67
Une récente étude lève quelques interrogations sur les pratiques de Microsoft et notamment en ce qui concerne les censures mises en place sur Bing auprès des internautes chinois même en dehors de Chine.

 Au mois de novembre le site GreatFire.org, surveillant le degré de censure sur la Toile chinoise, avait applaudi Microsoft pour avoir retiré tous les filtres sur le logiciel Skype mis en place par les autorités ainsi que ceux permettant de surveiller d'un peu trop près les échanges des utilisateurs. Toutefois GreatFire a publié un rapport mettant en évidence un filtrage des résultats sur son moteur de recherche.

 GreatFire rappelle qu'il existe deux versions du moteur de recherche de Microsoft. Le premier, « Bing », dont les serveurs sont aux États-Unis et qui est par défaut en anglais mais supporte plusieurs langues dont le chinois ainsi que « China Bing », lequel est par défaut en chinois. Pour ce dernier Microsoft s'est conformé aux lois en vigueur en Chine et pratique de la censure. Toutefois celle-ci est également appliquée sur l'édition classique de Bing pour certaines requêtes effectuées en chinois.

 Sur bing.fr pour la traduction chinoise de Dalai-Lama, le bas de la page explique que « certains résultats ont été supprimés ». Le terme liberté est lui totalement bloqué. Cela signifie donc que les chinois résidant en dehors de leurs frontière sont toujours assujettis à cette censure.

 Face à cette découverte, Microsoft explique à nos confrères de TheNextWeb que ces résultats font suite à un incident technique et dément avoir manipulé ces derniers en dehors de Chine. Toutefois, comme le souligne GreatFire, ces filtres semblent toujours opérationnels.

68
Twitter souffrirait d'un mal qui lui est inhérent : sa difficulté à être appréhendé par les nouveaux arrivants. Ainsi le réseau social aurait laissé échapper des millions de personnes, pourtant inscrites.

Qui des utilisateurs de Twitter, à ses débuts, n'a pas pataugé dans la novlangue du réseau social, composée de hashtag, mention, RT et autre FF ? Pourtant, 241 millions d'utilisateurs dans le monde ont fini par maîtriser ces nouveaux codes et à voler de leurs propres ailes. Un chiffre important et en croissance. En réalité cette communauté serait bien inférieure à ce que Twitter a déjà réussi à capter comme audience.

 Selon une personne proche de l'entreprise américaine, citée par Recode, le réseau social a enregistré plus d'un milliard d'inscriptions en plus de sept ans d'existence. Ben sûr, ces données sont à pondérer au regard de l'engouement que suscite cette plateforme pour les comptes dévolus aux spams et animés par des robots. Ces statistiques mettent pourtant en relief le problème de rétention de ses utilisateurs auquel est confronté Twitter. Selon ces indications, ce taux se situe à 25%. ce que notre confrère ne manque pas de qualifier de « seau percé ».

Lors de la présentation de ses résultats financiers, début février - ses premiers depuis son introduction en bourse -, Twitter a affolé ses actionnaires. À première vue, son bilan trimestriel n'était pas mauvais. Chiffre d'affaires en hausse annuelle de 116% à 243 millions d'euros, et supérieur de 25 millions aux attentes. Profit opérationnel de 2 cents par action - malgré, il est vrai, une perte nette de 511 millions - mais tout de même, les analystes avaient anticipé un déficit de 2 cents. Enfin, des prévisions 2014 plus optimistes que prévu.

 Alors quoi ? On sait que l'entreprise n'est pas rentable, et qu'à en croire son patron, Dick Costolo, elle ne le sera pas avant plusieurs années. Mais c'est le cas de beaucoup d'autres sociétés pourtant introduites en bourse, qui préfèrent financer leur croissance plutôt que de garder des profits. Amazon est par exemple soutenu par ses actionnaires alors que la société est régulièrement dans le rouge. Non, ce qui a inquiété les investisseurs, pour Twitter, c'est la faible hausse du nombre d'utilisateurs, de 9 millions en trois mois.


Une communauté moins engagée

 C'est la progression la plus faible enregistrée par le réseau de microblogging depuis deux ans, et c'est aussi la confirmation d'une tendance engagée plusieurs trimestres auparavant. Plus inquiétant, les membres actifs de Twitter aux États-Unis n'ont quasiment pas augmenté entre septembre et décembre 2013, alors que la plupart des annonceurs - qui diffusent leurs messages ciblés dans le flux - son justement américains. Sur un an, la croissance du nombre de nouveaux utilisateurs a été de 30%, contre près de 40% l'année précédente.

 Autre indicateur peu rassurant : le nombre de timelines vues a, pour la première fois, reculé en un trimestre. C'est l'un des indicateurs les plus regardés pour mesurer l'engagement des membres de Twitter - et qui conditionne l'attrait des annonceurs pour la plateforme. Le réseau a comptabilisé 148 milliards de timelines vues au dernier trimestre 2013, contre 159 milliards trois mois auparavant. La situation est pire si l'on regarde les résultats individuels, avec 613 vues en moyenne, soit le même niveau qu'au début 2012.

 Pour Dick Costolo, c'est le résultat de la refonte des applications mobiles qui a fait reculer la réactualisation de la timeline et mécaniquement causé une baisse des consultations. Lui souhaite attirer la lumière sur des indicateurs plus vigoureux, comme le nombre de retweets et de favoris, en hausse de 35% sur trois mois.


Vers une simplification de Twitter

 Ce qui explique, en partie, ce désamour est à trouver dans la complexité du réseau social. Moins intuitif que Facebook au premier abord, il demande une période d'adaptation plus longue. Dick Costolo le reconnaît lui-même. Or maintenant que Twitter est coté, les choses pressent. Le PDG a fait miroiter une série de changements en vue de simplifier l'utilisation de la plateforme. Parmi les pistes en chantier, la possibilité d'ajouter ses contacts téléphoniques, afin de faire ses premiers pas entouré de personnes familières.

 Cette fonction est déjà déployée sur les appareils Android aux États-Unis et devrait gagner l'environnement iOS rapidement. Concentrer ses efforts sur le canal mobile, où Twitter y trouve les trois quarts de son audience, paraît pertinent dans une stratégie d'acquisition et de fidélisation d'utilisateurs. Au-delà de ces leviers marketing, Dick Costolo veut « rendre la plateforme plus simple pour les nouveaux arrivants ».

Pour y parvenir, le dirigeant a lancé plusieurs pistes. L'une a déjà été empruntée par Facebook. Il s'agit d'accorder plus de place au contenu multimédia (photos et vidéos), dans la perspective de rendre les flux de tweets plus attrayants. L'autre, risque de rebuter les adeptes de la première heure. Cela consisterait à organiser (peut-être en option ?) les messages en sujets de discussion.

69
Discussions générales / Poèmes, proverbes et citations
« le: février 09, 2014, 06:03:47 pm »
 "l'amour est un jardin fleuri et le mariage un champ d'orties" (proverbe finlandais)

70
Le 4 février 2004, The Facebook était officiellement lancé par Mark Zuckerberg, Dustin Moskovitz, Chris Hughes et Eduardo Saverin. Destiné uniquement aux étudiants d'universités, et transformé en Facebook l'année suivante, le site connut une ascension fulgurante, que seul YouTube a pu expérimenter ces dernières années. Retour sur un phénomène de société.

 The Facebook... à ses débuts

1,228 milliard. C'est le nombre de comptes actifs mensuels déclaré par Facebook au 31 décembre 2013. Outre le fait que les méthodes de comptabilisation font toujours couler beaucoup d'encre, ce nombre n'en reste pas moins époustouflant, d'autant que le site est interdit en Chine. Mais avant d'en arriver à ce bilan que seuls Google et YouTube peuvent se vanter d'égaler, revenons aux dates clés du célèbre réseau social.

Des comparatifs de photos des étudiant(e)s de Harvard...

Le 4 février 2004 est donc la naissance officielle de TheFacebook, créé à l'université d'Harvard par Mark Zuckerberg, actuel PDG, Dustin Moskovitz, parti en 2008 pour fonder Asana, Chris Hughes, porte-parole de FB, et Eduardo Saverin, en conflit avec Mark Zuckerberg et parti à Singapour en 2009. Dédié aux étudiants d'Harvard, il devait initialement permettre de comparer la beauté des jeunes gens (surtout du sexe féminin), avant de rapidement dévier en un site de relations et de discussions.

Après s'être étendus à d'autres grandes universités lors des premiers mois (Stanford, Yale, etc.), les créateurs du site se sont très rapidement déplacés de Harvard, situé dans le Massachusetts (côte Est des États-Unis) à Palo Alto, en Californie, à l'Ouest du pays. Un long voyage réalisé pour des questions financières et stratégiques, les fondateurs du site sentant déjà après quelques semaines avoir dans les mains un véritable phénomène. Le site atteindra d'ailleurs déjà son premier million d'utilisateurs en décembre 2004, ce qui vu sa jeunesse et ses critères, est un résultat plus que prometteur.

Au cours des mois de septembre et d'octobre 2005, The Facebook devient Facebook, de nombreuses écoles américaines sont gérées par le site, certaines à l'internationale y sont rajoutées et les photos y sont bien mieux intégrées. Le réseau social reste toutefois encore un nain avec 6 millions d'utilisateurs en décembre 2005, alors que Myspace, lui, cumule déjà des dizaines de millions de membres, et que YouTube ne cesse de monter en puissance, menant à son rachat l'année suivante par Google.

En avril 2006, une version pour mobile voit déjà le jour. Une date clé pour Facebook, sachant qu'à ce jour, sa version mobile lui rapporte plus que sa version web classique. Néanmoins, malgré des évolutions intéressantes en 2006, avec notamment sa première API, son News Feed et surtout son ouverture à tous (hors écoles donc) en septembre, Facebook reste encore un site mineur cette année-là, avec seulement 12 millions d'utilisateurs en décembre 2006.

2007 va enfin sonner la véritable montée en puissance du réseau, avec près de 60 millions de membres en fin d'année. Entre temps, le site a lancé sa boutique d'applications (son Marketplace), développé l'intégration des vidéos, ouvert un bureau à Londres, et déployé les Pages ainsi qu'une plateforme publicitaire.

... à un succès mondial sans équivalent

2008 fut l'année du lancement de sa discussion instantanée, de son application iPhone, de l'ouverture de ses bureaux à Dublin afin de gérer l'Europe et du recrutement de Sheryl Sandberg au poste de directrice des opérations. À l'époque vice-présidente des ventes et des opérations internationales chez Google, Sandberg a pour atout une longue expérience que n'a pas Zuckerberg.

L'année suivante fut tout aussi importante avec la création du bouton Like (J'aime) et d'une mise à jour du site. C'est surtout lors de ces deux années (2008/2009) que Facebook devient le roi du réseau social, avec 360 millions d'utilisateurs en décembre 2009. MySpace fut terrassé et ne s'en relèvera pas, tandis que Twitter n'en était qu'à ses balbutiements et que Google+ était encore bien loin de voir le jour.

Par la suite, l'audience de Facebook a littéralement explosé, avec plus de 600 millions de membres actifs fin 2010, près de 900 millions un an plus tard, la barre du milliard étant passée en octobre 2012. L'histoire de Facebook, c'est Mark Zuckerberg, désigné en 2010 personnalité de l'année par Time, l'un des plus jeunes choisis par le magazine. La même année, sort le film The Social Network, réalisé par David Fincher (Alien 3, Seven, Fight Club, etc.). En 2011, Facebook signe un accord avec Microsoft (l'un de ses actionnaires minoritaires) pour utiliser Skype afin de permettre aux utilisateurs du réseau social de converser en vidéo. C'est aussi son introduction historique en bourse en 2012, faisant de Zuckerberg là encore le plus jeune milliardaire de la planète. 2012, c'est le rachat d'Instagram pour 1 milliard de dollars au moment des faits (un peu moins en réalité du fait de la chute de cours en bourse).

N'oublions pas non plus que Facebook a été souvent cité, à tort ou à raison, comme un intermédiaire majeur du printemps arabe des années 2010/2011 (avec Twitter), afin de permettre au peuple de s'organiser dans l'État policier où ils vivaient. Certains ont même utilisé l'expression « Révolution Facebook » afin de bien mesurer l'importance des réseaux sociaux sur internet dans ces territoires.

Bientôt plus important qu'Oracle et Amazon en bourse ?

Aujourd'hui, Facebook compte plus de 6300 employés et vaut plus de 150 milliards de dollars au NASDAQ, soit la troisième valorisation boursière au monde pour une société web derrière Amazon et Google. Il s'agit surtout d'une valeur supérieure à Intel ou encore Cisco, et très proche d'Oracle. Cela fait logiquement la fortune de Mark Zuckerberg, son principal actionnaire, désormais en 22e position dans le monde avec près de 28 milliards de dollars, juste derrière des géants comme les Français Bernard Arnault et Liliane Bettencourt, ou encore les fondateurs de Google et Amazon. Bill Gates est toutefois bien loin, avec plus de 74 milliards de dollars au compteur.

Facebook devance tous ses concurrents en matière d'utilisateurs actifs mensuels

Avec plus de 1,2 milliard de membres actifs, 201,6 milliards liens d'amitié et des centaines de millions d'inscrits dans chaque continent, Facebook est partout, incontournable, au point d'avoir envahi les médias et bien des marques. Certes, le développement et la multiplication de la publicité, les fuites de données, ses relations avec la NSA, ou encore son manque d'évolution, ont pu pousser certains internautes à boycotter la plateforme et/ou à regarder vers des réseaux et plateformes plus jeunes, innovantes ou plus matures (Twitter, Google+, Vine, Tumblr, etc.). Mais pour le moment, Facebook reste le roi. Jusqu'à quand ?

71
Internet (rubrique dédiée à Twinny18) / Alerte arnaque sur Facebook !
« le: janvier 31, 2014, 03:26:07 pm »


Les réseaux sociaux sont la cible privilégiée des arnaqueurs. Facebook est actuellement victime d'une nouvelle arnaque avec la diffusion d'une annonce qui vous promet un bon d'achat de 200 € contre une simple inscription.
De quoi s'agit ?

Un lien diffusé sur votre page Facebook vous promet "un bon cadeau pour Carrefour" dès que vous cliquez dessus. Seulement, au lieu des 200 € garantis par le bon, vous êtes plutôt dirigé vers un message "Campaign closed".

Vous venez alors de donner accès à votre compte à des courriers électroniques non désirées d'adresses inconnues, car vous avez vous-mêmes marqué votre accord pour partager l'information sur votre mur.

Une arnaque bien organisée par le site voucher-campaign.com !
Carrefour5.eu et Carrefour

Visiblement, les deux références se ressemblent mais il serait suicidaire de les assembler car le site Carrefour5.eu n'est lié, ni de près, ni de loin aux supermarchés Carrefour.

Ces arnaques sur Facebook datent de longtemps et emballeraient la majorité des internautes moins vigilants attirés par des offres alléchantes. Il vous faut donc être très méfiants de toutes les offres que vous voyez sur les réseaux sociaux.

Rappelons que Sud Info attire déjà notre attention sur une autre arnaque du même type ayant Auchan et Lidl dans sa ligne de mire.

72
Facebook a dévoilé jeudi une nouvelle application appelée "Paper", un journal en ligne dans lequel on peut consulter et partager des articles et d'autres contenus depuis un smartphone.

Facebook dévoile une nouvelle application, un journal en ligne

"Paper permet de raconter des histoires de manière plus jolie avec un design amélioré et plein écran, une mise en page sans éléments perturbateurs", indique le réseau social dans une publication sur un blog où il présente sa nouveauté. "Nous avons aussi rendu plus facile la conception et le partage de vos articles", ajoute Facebook. Cette application, la première créée par Facebook Creative Labs, sera disponible à partir du 3 février pour les utilisateurs d'iPhone. Paper offre plusieurs sections thématiques qui permettent de suivre les principaux sujets d'actualité, ainsi que des rubriques aussi variées que les sports, la science ou la cuisine. Les utilisateurs pourront personnaliser de nombreux paramètres. L'application permettra de visionner en plein écran des vidéos et "rendra plus facile le repérage des articles de publications de confiance et la sélection des lectures et des contenus vidéos".

73
Outre la multiplication des acquisitions dans le secteur du mobile, Yahoo! entend développer ses activités dans le jeu en ligne et vient de finaliser le rachat de la société Cloud Party.

Lancé en juin 2011, la société Cloud Party a développé une plateforme de jeu en ligne dotée d'un moteur 3D. Celle-ci présente la particularité de proposer une expérience multijoueur en temps réel directement au travers du navigateur et sans plugin. Cloud Party propose également aux internautes de construire eux-mêmes leurs éléments en 3D. Il en résulte des environnements de type Second Life disponibles pour plus d'une quarantaine de jeux.

 Sur son blog officiel, l'équipe n'a pas précisé la nature des travaux dont elle aura la charge chez Yahoo! Les membres de Cloud Party devraient cependant rejoindre ceux de PlayerScale racheté par Yahoo! en mai 2013. Pour mémoire PlayerScale édite la plateforme Player.IO, laquelle est est disponible sur PC ou mobile en reposant sur diverses technologies : HTML5, Objective-C, Java ou encore Flash et C++. Player.IO revendiquait alors 150 millions d'internautes connectés chaque jour. Une nouvelle version du portail Yahoo! Games en vue ?

 Il se pourrait en outre que Yahoo! souhaite accueillir une équipe de talents plutôt que d'intégrer ces diverses activités à son portail. Le directeur technique de Cloud Party, Conor Dickinson, est notamment un ancien de Facebook, son fondateur Jimb Esser, est spécialisé dans les MMO après une expérience au sein de Cryptic Studios tandis que le directeur artistique fut l'un des développeurs de Tomb Raider.

 Suite à cette acquisition Cloud Party fermera ses portes le 21 février 2014. Les utilisateurs sont invités à exporter leurs constructions virtuelles ainsi que leurs photos en suivant les instructions de cette page.

 Le montant de ce rachat n'a pas été communiqué. Il s'agit de la troisième société qui passe sous le giron de Yahoo! cette année après Aviate et Sparq.


74
Microsoft a vendu trois millions d'exemplaires de sa nouvelle console, la Xbox One, dans le monde depuis son lancement le 22 novembre, selon un communiqué publié lundi. Cette machine est en concurrence frontale avec la Playstation 4 de Sony, également commercialisée depuis novembre.

"Nous sommes très satisfaits du lancement, et ce d’autant plus que cette situation de lancement quasi simultané avec notre concurrent était inédite. Nous nous n'avions pas lancé de console depuis sept ans et le marché a beaucoup changé avec l'irruption des smartphones et des tablettes, mais ce chiffre démontre clairement que les consommateurs attendaient Xbox One avec impatience", a réagi auprès de l'AFP Hugues Ouvrard, directeur de Xbox France.

La Xbox One a, pour le moment, été lancée dans treize pays, dont la France et les Etats-Unis. De son côté, Sony avait indiqué début décembre avoir écoulé 2,1 millions de PS4 dans le monde. Aucun des deux constructeurs n'a divulgué ses chiffres de vente par pays.

M. Ouvrard a souligné que les possesseurs de Xbox One avaient acheté en moyenne deux jeux en plus, un chiffre qu'il a qualifié de "positif" étant donné que beaucoup de consoles ont été vendues dans un pack contenant déjà un jeu.

Interrogé sur les perspectives du groupe américain pour les prochains mois, le directeur de Xbox France a affirmé que la priorité allait être de "fournir suffisamment de consoles pour satisfaire la demande" et de préparer le lancement de "Titanfall", un titre exclusif aux consoles Xbox One et à sa devancière Xbox 360 et qui figure actuellement parmi les productions les plus attendues par les joueurs.

75
Facebook se met aux « Trending Topics » : le réseau social vient d'officialiser une nouvelle fonctionnalité testée auprès d'un petit nombre d'utilisateurs durant l'été dernier

 Twitter a ses « Trending Topics », et Facebook s'apprête à accueillir lui aussi un espace dédié aux sujets tendances : un espace nommé « Trending » est actuellement en cours de déploiement sur la version anglaise de la plateforme. La fonctionnalité était en cours de test en août dernier.

 L'objectif est de mettre en avant les sujets populaires. « La liste est personnalisée et comprend des sujets basés sur ce qui vous intéresse et qui sont d'actualité sur Facebook » explique réseau social. Un bref résumé d'une ligne est donné, et en cliquant sur le lien, l'utilisateur arrive sur une page qui regroupe des liens vers des publications et autres articles associés à la tendance choisie. Les publications réalisées en mode « public » - visibles par tous les utilisateurs – et accompagnées d'un hashtag en lien avec le sujet font partie des données présentes dans le flux.

 Impossible de ne pas comparer cette démarche à celle de Twitter, qui utilise également les hashtags les plus populaires sur son réseau pour dégager les tendances fortes. Facebook ajoute que le déploiement de cette « nouveauté » va se faire progressivement dans les différents pays – en commençant par les anglophones – pour sa version Web, la version mobile restant pour l'heure en phase de test.



Pages: 12345678 ... 51